Connaître les rôles d’une Autorité de certification

L’Autorité de certification entre dans le domaine de la signature électronique. Elle représente un tiers de confiance qui est considérée comme la base même de la chaîne de certification numérique. Sans elle, aucune entreprise ni personne ne peut se tourner vers la signature électronique de document en ligne. Cela dit, sa principale fonction est de gérer les certificats numériques qui sont utilisés pour la sécurité des échanges dématérialisés et surtout pour vérifier l’authenticité de l’identité des émetteurs. Quels sont alors les différents rôles de l’Autorité de certification et comment elle fonctionne ?

Zoom sur les différents rôles ainsi que les informations importantes à savoir sur cette entité intéressante et indispensable. 

L’utilité de l’Autorité de certification

L’Autorité de certification peut, comme mentionné dans les lignes précédentes, émettre des certificats électroniques. Ces derniers détiennent alors trois principaux utilités, à savoir l’authentification, la signature et le chiffrement. Vous pouvez alors trouver parmi ces certificats les SSL qui ont comme objectif de garantir la sécurité et l’intégrité des informations qu’un site internet peut échanger avec un navigateur spécifique. Pour cela, la cryptographie entre en jeu. 

Les autres certificats sont utilisés pour vérifier l’identité des émetteurs. Ce qui apporte une très grande sécurité aux réseaux informatiques. Ces derniers sont appelés certificats d'authentification. Il existe aussi des certificats qui sont utilisés pour signer un document ou un fichier. Ces derniers sont les certificats de signature. 

Une Autorité de certification a donc comme mission principale de valider l’identité de l’émetteur et gère ce dernier avec l’émission d’un certificat numérique. Lorsque la signature électronique est apposée, la clé appartient donc uniquement au demandeur. 

L’AC se charge de gérer le cycle de vie des certificats. Lorsqu’il faut les renouveler ou les révoquer, c’est cette entité qui s’en occupe. Cela dit, ces certificats électroniques ont une durée de validité spécifique et donc limitée. 

Comment fonctionne une AC ? 

L’Autorité de certification peut se présenter sous la forme d’une société privée ou une entité gouvernementale. Dans ces 2 cas, elle doit être composée de plusieurs éléments spécifiques, à savoir, le personnel, le matériel pour la sécurité, les équipements, les logiciels, les réglementations, les déclarations sur les pratiques de sécurité ainsi que les rapports d’audit. 

L’AC collabore avec une Autorité d’Enregistrement ainsi qu’une Autorité de Dépôt. La première a comme mission de représenter l’interface entre l’AC et l’utilisation. Elle a comme fonction d’assurer le respect des exigences dans l’émission et l’usage d’un certificat électronique. L’AD consiste à centraliser, à archiver et surtout à stocker tous les certificats. 

L’Autorité de Séquestre est aussi un composant indispensable. Cette dernière peut garantir le stockage sécurisé des clés de chiffrement pour la restauration dans le cas d’un incident ou d’un autre type de souci. 

Toutes les entités qui peuvent former la clé publique de confiance peuvent permettre la délivrance de certificat électronique. 

L’Autorité de certification est alors indispensable pour tous ceux qui souhaitent utiliser la signature numérique sur des documents en ligne. Elle détient des fonctions essentielles liées à la sécurité et permet alors d’éviter les risques de piratage dans la signature électronique. Pour pouvoir répondre aux besoins de tout un chacun, l’Autorité de certification est composée de plusieurs entités spécifiques qui sont importantes dans sa mission.