Skip to content

Announcements

autrenet.fr Lancer une alerte, comment ça fonctionne(2)

Lancer une alerte : comment ça fonctionne ?

Dénoncer quelques choses d’illégale se révèle être plus difficile de nos jours. Autrefois, les menaces étaient moins alarmantes concernant les lanceurs d’alertes. Aujourd’hui, ils n’obtiennent pas meilleure faveur aux yeux de la justice. Mais comment cela fonctionne-t-il ? On vous dit tout sur ce sujet.

Le statut d’un lanceur d’alerte

De prime abord, il faut savoir qu’un lanceur d’alerte réclame le droit à une meilleure protection juridique. En somme, on entend par ce terme, tout individu, fonctionnaire ou non, qui dénonce un acte viendra compromettre la santé et l’ordre public ou qui menace l’équilibre dans l’univers du travail. Son statut reste assez vague, néanmoins, son rôle demeure important dans la mesure où il pourra sauver la vie de tout le monde ou défendra l’intérêt général. Quoi qu’il en soit, la loi offre une protection juridique de lanceurs d’alertes, mais cela reste de peu d’intérêt, ce qui décourage les concernés à l’accomplissement de leur devoir. En effet, tirer la sonnette d’alarme suppose de nombreuses conséquences notamment sur sa vie professionnelle et sur sa vie privée également. Bien qu’une protection juridique de lanceurs d’alertes existe, cèle n’empêche pas les menaces de peser sur leur vie. Par ailleurs, il faut noter que même un simple particulier peut détenir ce statut à condition qu’il ait l’audace de tout dévoiler au grand public et qu’il détient une certaine preuve concernant le délit en question. Cela concerne généralement la corruption, le blanchiment d’argent, le déversement de produits toxiques dans une zone interdite, la déforestation, les vols, les viols, parfois même les abus et harcèlement sexuel au bureau.

Comment dénoncer une personne

Lorsqu’on est témoin d’un acte criminel ou illégal aux yeux de la loi, un lanceur d’alerte doit garder les pieds sur terre et essayer de détenir une preuve tangible de ce qu’il avance. Sans cela, la loi refusera toute validation de cette accusation et viendra s’en prendre à ce dernier. L’essentiel est d’avoir des preuves réels et une fois, ces preuves rassemblées, le lanceur pourra aisément lancer l’alarme auprès d’un organisme responsable. Aujourd’hui, l’existence des guichets uniques encouragent les lanceurs d’alerte à franchir le pas et à dévoiler tous les actes dont ils ont été témoins. Lorsque la loi porte en fin en leur faveur, ils obtiennent immédiatement une protection juridique. Cette protection juridique de lanceurs d’alertes se traduit par le respect de l’anonymat du dénonciateur et de sa vie privée. La loi protège alors les lanceurs de l’alerte contre toutes les attaques de l’accusé. Si l’accusé en question se trouve être un chef hiérarchique, la loi devrait faire en sorte à ce que le dénonciateur ne subisse aucune représailles de sa part au travail. C’est d’ailleurs de tout l’intérêt de disposer d’un avocat spécialisé si l’affaire se poursuit en justice. Dans le monde professionnel, un salarié se trouve être rattaché à son contrat de travail qui l’oblige à garder toute confidentialité concernant toutes les activités d’une entreprise. Ce qui va alors compliquer les choses. Néanmoins, avant même de lancer quelques choses d’alarmantes, il faut savoir à quoi s’en tenir et connaître toutes les conséquences qui viendront par la suite.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*