Skip to content

Announcements

Le Cameroun du Sud : la domination anglaise sous mandat international

De 1922 à 1961, alors qu’une grande portion du “Kamerun” allemand se retrouvait entre les mains des Français, les Britanniques se verront confier un mandat par la Société des Nations (SDN) afin d’administrer le Cameroun britannique, divisé en une région Nord et une région Sud. L’indépendance vit la séparation du Cameroun anglophone entre le Nigeria qui intégra le” North Cameroon”, et la République du Cameroun qui fit de même avec la partie Sud.

 

La Société des Nations : le mandat anglais

Après la défaite allemande lors de la Première Guerre Mondiale, le territoire du Kamerun fut divisé le 28 juin 1922 entre un mandat français et un mandat britannique de la Société des Nations. Le mandat britannique, le plus petit des deux mandats, comprenait deux territoires géographiquement séparés, le Cameroun septentrional et le Cameroun méridional.

 

Ils ont été administrés à partir du territoire britannique du Nigeria, mais pas joint à celui-ci par l’intermédiaire du résident britannique, qui était le représentant officiel de la puissance coloniale, dont le siège était à Buea.

 

Les autorités indigènes pouvaient administrer les populations selon leurs propres traditions.

Les Britanniques, de leur côté, se consacraient à l’exploitation des ressources économiques et minières du pays.

 

Le 27 mars 1940, afin de dénoncer l’exploitation de leur pays, les étudiants du Cameroun du Sud, ont créé la Cameroons Youth League (CYL).

 

Un territoire sous tutelle de l’ONU

Lorsque la Société des Nations a cessé d’exister en 1946, l’ONU pris le relai en mettant le territoire sous tutelle en vue de l’indépendance. L’ONU valida les accords de tutelle du Cameroun britannique qui furent régis par la Grande-Bretagne à partir du 6 décembre 1946.

 

En 1950, la nouvelle constitution du Nigeria a permis de transférer plus de pouvoirs aux régions. Lors des élections suivantes, treize représentants du Cameroun du Sud ont été élus à l’assemblée de l’Est du Nigeria, à Enugu.

En 1953, cependant, les représentants du Cameroun du Sud, mécontents de l’attitude dominatrice des politiciens nigérians et du manque d’unité entre les groupes ethniques de la région de l’Est, ont déclaré une « neutralité bienveillante » et se retirèrent de l’assemblée. En 1953, accédant à la demande d’une délégation du Cameroun du Sud, la région devint autonome avec pour capitale Buea.

Alors que le Cameroun et le Nigeria se préparaient à l’indépendance, les nationalistes du Sud-Cameroun ont débattu de la question de savoir si leurs meilleurs intérêts résidaient dans l’union avec le Cameroun, l’union avec le Nigeria ou l’indépendance totale.

 

L’Union avec la République du Cameroun

Les Nations Unies organisèrent un référendum au Cameroun du Sud et au Cameroun du Nord le 11 février 1961, qui proposait deux alternatives : l’union avec le Nigeria ou l’union avec le Cameroun.

La troisième option, celle de l’indépendance, fut contestée par Sir Andrew Cohen, le représentant du Royaume-Uni auprès du Conseil de tutelle de l’ONU, et n’avait donc pas été retenue.

Lors de ce vote, le Cameroun du Nord a voté pour l’union avec le Nigeria, et le Cameroun du Sud pour l’union avec le Cameroun.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*